Avant je n’utilisais pas Soapcalc et j’étais très contente de mes savons. Personne ne m’avait dit qu’ils fondaient comme neige au soleil et je n’avais pas remarqué ce phénomène non plus. Mais il faut dire qu’avec tous les échanges que je fais, j’utilise plus souvent d’autres savons que les miens.

Puis la curiosité m’a pris et j’ai calculé l’INS de mes savons. Et là horreur : ma recette de base me donne un INS qui tourne autour de 130.

Donc j’ai décidé de corriger le tir grâce aux conseils avisés de ma marraine en savonnerie, Irène, la grande Fée de Potions, qui m’a offert un litre d’huile de babassu et un kg d’acide stéarique. Voulant ménager cette huile précieuse, j’ai décidé de mettre les deux ainsi que du saindoux de façon systématique alors qu’avant je l’utilisais de façon sporadique.

Mon premier essai avec ma nouvelle recette a été mon savon lacustre. Tout aurait été parfait si je n’avais pas eu un des 4 moules où les huiles étaient mal mélangées, le savon était plein de traces blanches caustiques, donc le quart de ce précieux batch comprenant des macérats d’huiles précieuses a fini à la poubelle, heureusement le 75% n’a pas eu de problème.

L’autre jour j’ai refait un batch de savon à la double crème de Gruyère avec du babassu, de l’acide stéarique, du coco, de la palme, du tournesol,du colza et un macérat de primevères sur olive. Et là je n’ai eu que des ennuis. J’ai mis la crème dans les huiles avant la soude. Lorsque j’ai versé la soude, le savon s’est figé à la vitesse de l’éclair et je me suis retrouvé avec du pudding que je n’ai pas pu mixé comme il aurait fallu sous peine de le transformer en béton armé, j’ai même cru que mon mixer se prenait pour Excalibur tant il était pris dans la pâte. Et ce phénomène n’est pas dû à la fragrance amande qui ne m’a jamais fait cela auparavant.

Je suppose que c’est dû au fait qu’il y avait trop de gras dur et que j’ai fait le bain marie en deux fois. Le résultat est assez catastrophique, sur mes 4 petites boites, j’en ai 2 et demi qui ont passé à la poubelle, j’avais de nouveau ces traces blanches caustiques dans une partie du savon. La photo est très jolie, mais le savon est bon pour la poubelle, ce n’est pas un one pot enfin réussi !!

ratage1  ratage

Irène m’a conseillé d’utiliser un fouet plutôt que le mixer. Donc je viens de refaire un batch de savon double crème, plus petit (2 boites), sans macérat car je n’en ai plus et sans additionner acide stéarique et babassu. J’ai choisi une solution entre l’INS idéal que j’ai atteint avec le lacustre (159) et ceux d’avant (130), soit 145. J’ai refait mon bain marie en une fois. J’ai fouetté à la main durant un quart d’heure, ensuite j’ai laissé reposer le temps de faire la vaisselle, puis de nouveau 5 minutes. Comme il me semblait que la trace ne venait pas vraiment, mais que j’étais sûre qu’en 20 minute de fouettage toutes les molécules de soude et d’huile avaient été mises en contact, j’ai donné un petit coup de mixer pour parachever le travail et j’ai eu une jolie pâte avec une trace fine mais perceptible.

Michèle a écrit dans un article que le fait de battre le savon au fouet développait son parfum, j’ai pu le constater. Je n’avais plus de fragrance amande, j’ai mis un peu de fragrance miel/orange de Sensory, qui sent surtout le miel et il me semblait que le parfum s’amplifiait à mesure que je le fouettais.

Ainsi je n’ai plus qu’à attendre demain pour voir si je n’aurai pas de mauvaises surprises, mais ça ne devrait pas être le cas à en juger par l’aspect qu’avait le savon au moment où je l’ai versé dans les boites.